Histoires d'espoir

Tamika, receveur de tissus

Lorsque Tamika a appris qu'elle était atteinte d'un cancer du sein, elle a trouvé la force de vaincre sa maladie dans le soutien qu'elle a reçu en s'ouvrant aux autres. Les tissus d'un donneur décédé ont permis à Tamika de guérir après sa double mastectomie et l'ont incitée à rendre la pareille en encourageant les membres des communautés minoritaires à parler des problèmes de santé et à puiser leur force dans l'amour.

À des milliers de kilomètres de sa famille et de ses amis, Tamika venait de commencer un nouveau travail dans une nouvelle ville lorsqu'elle a découvert une grosseur dans son sein. Active, soucieuse de sa santé et âgée d'à peine 36 ans à l'époque, Tamika ne savait pas comment faire face au diagnostic de son cancer du sein. Ayant toujours été la personne sur laquelle les autres comptaient et se targuant d'avoir le contrôle, Tamika a d'abord voulu garder cela pour elle et mener sa bataille seule, mais le cancer l'a forcée à réévaluer son approche de la vie. Au début, elle s'est ouverte à quelques amis proches, puis elle a continué. Tamika a commencé à parler à tous ceux qui voulaient bien l'écouter, alors qu'elle traversait toutes les phases de son voyage vers la guérison, y compris la réception de tissus provenant d'un donneur décédé dans le cadre de sa greffe.
tissus d'un donneur décédé dans le cadre de sa chirurgie de reconstruction mammaire après une double mastectomie.

L'acte désintéressé du donneur de Tamika a semé des graines d'amour en elle et l'a incitée à vouloir planter des graines d'amour chez les autres, dans l'espoir qu'ils répandent eux aussi l'amour. Aujourd'hui, elle est active au sein de sa communauté, où elle sait que des femmes souffrent du cancer du sein et d'autres problèmes de santé dans un silence qui, selon elle, doit être brisé.

"Les femmes souffrent et ont besoin d'une aide qu'elles hésitent à demander. Le don de ma donneuse de tissus m'a encouragée à partager mon point de vue et à aider d'autres femmes", a déclaré Tamika, qui a ajouté : "C'est vraiment un cadeau qui ne s'arrête jamais".