Don d'organes et religion

Aux États-Unis, plus de 100 000 personnes attendent une greffe d'organe qui pourrait leur sauver la vie. Faire le don de la vie est une décision très personnelle, qui peut être influencée par votre foi.
Le saviez-vous ? Toutes les grandes religions des États-Unis soutiennent le don en tant qu'acte final de compassion et de générosité.
Dans "A Matter of Faith", produit par Gift of Life Michigan, des responsables religieux de plusieurs grandes religions parlent de ce qui unit tous les peuples et de la manière dont nous pouvons soutenir nos voisins, quelle que soit notre foi.

Vous trouverez ci-dessous des déclarations et des enseignements sur le don d'organes, d'yeux et de tissus provenant de certaines religions. Si vous avez d'autres questions concernant votre religion et le don d'organes, n'hésitez pas à vous adresser à votre chef religieux pour obtenir des conseils plus précis.

Amish

Les Amish consentent à une transplantation s'ils pensent que c'est pour le bien-être du receveur. John Hostetler, autorité mondialement reconnue en matière de religion amish et professeur d'anthropologie à l'université Temple de Philadelphie, déclare dans son livre Amish Society: "Les Amish croient que, puisque Dieu a créé le corps humain, c'est lui qui guérit. Cependant, rien dans la compréhension de la Bible par les Amish ne leur interdit d'utiliser les services médicaux modernes, y compris la chirurgie, l'hospitalisation, les soins dentaires, l'anesthésie, les transfusions sanguines ou la vaccination".

Assemblée de Dieu

La décision de faire un don est laissée à l'appréciation de chacun. Le don est fortement soutenu par la confession.

Baptiste

Bien que les baptistes estiment généralement que le don et la transplantation d'organes et de tissus sont en fin de compte des questions de conscience personnelle, la plus grande confession protestante du pays, la Southern Baptist Convention, a adopté en 1988 une résolution encourageant les médecins à demander le don d'organes dans des circonstances appropriées et à "... encourager le volontariat en matière de dons d'organes dans un esprit d'intendance, de compassion pour les besoins d'autrui et d'allègement de la souffrance". D'autres groupes baptistes ont soutenu le don d'organes et de tissus comme un acte de charité et laissent la décision de faire un don à l'individu.

Le bouddhisme

Le don d'organes et de tissus est considéré comme une décision individuelle. Le bouddhisme n'encourage ni n'interdit le don, mais si un individu décide de devenir donneur d'organes, il est largement salué comme un acte de compassion. Dans le cas d'un don de personne décédée, le processus de la mort est un moment important et très respecté par les bouddhistes, et les demandes de la personne décédée ont la priorité.

Le catholicisme

Le don d'organes, d'yeux et de tissus est un acte de bonté acceptable dans l'Église catholique romaine. Le don est considéré comme un acte de charité et d'amour, selon le pape Jean-Paul II dans Evangelium Vitae, n° 86.

Science chrétienne

L'Église du Christ Scientiste n'a pas de position spécifique concernant le don d'organes. Selon la First Church of Christ Scientist de Boston, les scientistes chrétiens s'appuient normalement sur des moyens de guérison spirituels plutôt que médicaux. Ils sont toutefois libres de choisir la forme de traitement médical qu'ils souhaitent, y compris une transplantation. La question du don d'organes et de tissus est une décision individuelle.

Disciples du Christ

Le don d'organes et de tissus est accepté et activement promu par l'Église chrétienne. En 1985, l'Assemblée générale a adopté la "Résolution n° 8548 concernant les transplantations d'organes", qui encourageait les membres à s'inscrire comme donneurs d'organes et à soutenir les receveurs de transplantations par la prière.

Episcopal

L'Église épiscopale encourage le don d'organes. La 70e Convention générale a adopté la "Résolution #1991-A097 Urge Members to Consider Doning Organs", qui recommande aux membres de faire don de leurs organes après leur mort pour que d'autres puissent vivre. L'Église exhorte également les membres à exposer clairement leur décision à leur famille, à leurs amis, à l'Église et à leur avocat.

Église évangélique d'alliance

Le don d'organes est accepté et encouragé par l'Église évangélique d'alliance. Depuis l'adoption de la Résolution sur le don d'organes en 1982, les membres de l'Église sont encouragés à enregistrer leur décision d'être donneur. Les responsables de la foi, en particulier les éducateurs, sont encouragés à promouvoir la sensibilisation au don d'organes dans toutes les congrégations évangéliques.

Grecque orthodoxe

Selon le révérend Dr Milton Efthimiou, directeur du département Église et société de l'Église orthodoxe grecque d'Amérique du Nord et du Sud, "l'Église orthodoxe grecque n'est pas opposée au don d'organes tant que les organes et les tissus en question sont utilisés pour améliorer la vie humaine, c'est-à-dire pour des transplantations ou pour des recherches qui conduiront à des améliorations dans le traitement et la prévention des maladies".

Hindouisme

Le don d'organes n'est pas interdit par la loi religieuse, selon la Hindu Temple Society of North America. Le don est considéré comme une décision individuelle. Les écritures hindoues contiennent de nombreuses références en faveur du don d'organes. Daan est le mot original en sanskrit pour le don, qui signifie don désintéressé. Il figure également en troisième position dans la liste des dix Niyamas (actes vertueux). Les hindous croient fermement à la vie après la mort, qui est un processus continu de renaissance.

L'Islam

En 2019, le Fiqh Council of North America (FCNA) a annoncé que le don et la transplantation d'organes étaient autorisés dans la foi islamique et parmi les musulmans américains, ce qui constitue une décision religieuse claire pour les musulmans vivant en Amérique du Nord. Le don d'organes est autorisé dans la religion islamique à condition que les directives de la charia soient respectées et que des mesures soient mises en place pour protéger la dignité humaine. Le don d'organes vivants est autorisé afin de maintenir le receveur en vie ou de préserver une fonction essentielle de son corps. Dans le cas d'un don à partir d'une personne décédée, l'autorisation doit être donnée par le défunt avant sa mort ou par ses héritiers après sa mort.

Le judaïsme

Le don d'organes, d'yeux et de tissus est encouragé par la religion juive. Le don et la transplantation ne profanent pas un corps et ne manquent pas de respect envers les morts, et tout retard dans l'enterrement pour faciliter le don d'organes est respectueux du défunt. Le don d'organes sauve des vies et honore le défunt. Le Comité des lois et normes juives du mouvement conservateur a déclaré que les dons d'organes après la mort représentent non seulement un acte de bonté, mais aussi une "obligation commandée" qui sauve des vies humaines.

Église luthérienne

Le don d'organes est autorisé et encouragé par l'Église luthérienne. Dans la résolution de l'Église de 1984, "Don d'organes : Une résolution de l'Église luthérienne d'Amérique ", le don contribue au bien-être de l'humanité et est une expression d'amour pour un voisin dans le besoin. L'Église luthérienne encourage les membres à prendre les dispositions légales nécessaires pour la famille, y compris l'enregistrement en tant que donneur.

Mennonite

Les mennonites n'ont pas de position officielle sur le don, mais n'y sont pas opposés. Ils estiment que la décision de faire un don revient à l'individu et/ou à sa famille.

(Mormon) Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours

Le don d'organes et de tissus est autorisé par l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Le don est considéré comme un acte désintéressé, avec un grand bénéfice médical pour les receveurs. La décision de donner des organes ou d'autres tissus appartient à l'individu ou à la famille d'un donneur décédé.

Presbytérienne

Le don d'organes est encouragé par l'Église presbytérienne, mais la capacité de faire un don dépend de l'individu et de ce qu'il veut faire de son corps. L'Église presbytérienne (États-Unis) a encouragé tous les chrétiens à devenir des donneurs d'organes et de tissus lors de son assemblée générale de 1983, dans le cadre d'un ministère envers les autres.

Sikh

La philosophie et les enseignements sikhs soulignent l'importance de donner et de faire passer les autres avant soi. Le seva (l'acte de service désintéressé, de donner sans chercher de récompense ou de reconnaissance) est au cœur de l'identité sikhe. Le seva peut également consister à faire don de son organe à quelqu'un d'autre - le sikhisme n'attache aucun tabou au don et à la transplantation d'organes et souligne que sauver une vie humaine est l'une des choses les plus nobles que l'on puisse faire. Les sikhs croient également que le corps n'a pas besoin de tous ses organes au moment de la mort ou après.

Convention baptiste du Sud

Le don d'organes est considéré comme un acte d'intendance et de compassion qui soulage la souffrance d'autrui par la Convention baptiste du Sud. Dans sa résolution de 1988, "Résolution sur les dons d'organes humains", la Convention a déterminé que la résurrection ne dépend pas de la plénitude du corps.

Méthodiste unie

L'Église méthodiste unie encourage le don d'organes et de tissus. Dans sa résolution de 2000, "Resolution #139", l'Église a encouragé la célébration du sabbat national du don d'organes comme un autre moyen pour ses membres de contribuer à sauver des vies.

Sources d'information

  1. Unos.org
  2. Organdonor.gov
  3. Organdonation.nhs.uk
  4. DonorAlliance.org
  5. Hostetler, John A. La société amish. Baltimore : JHU Press, 1993. Imprimé.
  6. Convention baptiste du Sud. Résolution sur le don d'organes humains. Texas, 1988
  7. Pape Jean-Paul II, Evangelium Vitae, numéro 86
  8. Convention générale, Journal de la Convention générale de l'Église épiscopale, Nouvelle-Orléans, 1982
  9. Église évangélique d'alliance. Commission d'action chrétienne ; Résolution sur le don d'organes. 1982
  10. Résolutions du Conseil du Fiqh Islamique de l'Organisation de la Conférence Islamique, Quatrième Conférence, Djeddah, Royaume d'Arabie Saoudite, 18-23 Safar 1408 de l'Hégire/6-11 février 1988.
  11. 2019 Fatwa du Conseil du Fiqh d'Amérique du Nord (FCNA)
  12. L'Assemblée rabbinique. Sur l'éducation des juifs conservateurs en matière de dons d'organes, 1996.
  13. L'église luthérienne. Don d'organes : Une résolution de l'Église luthérienne d'Amérique. 1984.
  14. Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. The Handbook 2 : Administering the Church (Manuel 2 : Administrer l'Église). Salt Lake City : The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints, 2010. Imprimer.
    Minutes of the 195th General Assembly of the Presbyterian Church (USA) Louisville : Bureau de l'Assemblée générale, 1983.
  15. Convention baptiste du Sud. Résolution sur les dons d'organes humains. San Antonio. 1988.
  16. Église méthodiste unie (États-Unis). Le Livre de discipline de l'Église méthodiste unie. Nashville : United Methodist Pub. House, 2000. Imprimer.